Plus 15 500 bénéficiaires de la composante 2 formés en compétences de vie et en entrepreneuriat dans toutes les communes du Bénin. (détail ici)

Plus de 500 jeunes filles intéressées par les métiers dits d'homme sont en cours de formation dans les centres de formation professionnelle et Lycées techniques!

 Déjà plus 8 000 cartes SIM activées aux service de monnaie électronique pour recevoir les subventions au titre de la 2nde vague !

La deuxième vague de bénéficiaires en formation: les formations obligatoires ont démarré depuis le 27 août 2018 pour toutes les communes du Bénin.

Des micro entreprises de divers secteurs d'activités créées dans toutes les communes du Bénin

Les jeudi 22 et vendredi 23 mars 2018, ont eu lieu dans les communes de N’Dali et de Toucountouna, les cérémonies de lancement des subventions au profit des bénéficiaires du PEJ.

 DÉJÀ PLUS 7 300 BÉNÉFICIAIRES FORMES AFFINENT LEUR PLAN DE FINANCEMENT POUR IMPULSER LEUR MICROENTREPRISE. Ici détail au 20 Nov. 2017.

Le 29 Août 2017 s'est déroulé à ATHIEME, la cérémonie de lancement des activités du Certificat de Qualification au Métiers.

DU LUNDI 7 AU VENDREDI 11 AOUT, LE PROJET EMPLOI DES JEUNES EST EN COURS DE SUPERVISION ET DE REVUE A MI-PARCOURS PAR UNE MISSION DE LA BANQUE MONDIALE.

PLAN D’IMPLÉMENTATION ici ET CALENDRIER DES FORMATIONS PUBLIES ici (voir la rubrique NOUVELLES !!!).

DÉMARRAGE CE LUNDI 17 JUILLET 2017 DE LA PREMIÈRE PHASE DES FORMATIONS DES BÉNÉFICIAIRES DE LA COMPOSANTE 2 DU PEJ DANS LES 09 COMMUNES DU GROUPE 1 . IL S'AGIT DES COMMUNES DE KARIMAMA, TANGUIETA, TORI-BOSSITO, PERERE, LALO, ATHIEME, DANGBO, POBE, DJIDJA

LES COMMUNES DANS LESQUELLES SE DEROULE L'ETUDE D’ÉVALUATION D'IMPACT (cliquez ici) RECEVRONT LES LISTES DE LEURS  BÉNÉFICIAIRES A LA FIN DU MOIS DE JUILLET 2017 ET LES FORMATIONS DEBUTERONT CONFORMÉMENT AU CALENDRIER DU PROJET. IL S’AGIT DES COMMUNES DE OUIDAH, ZE, TOFFO, SAKETE KETOU, ADJA-OUERE, PORTO-NOVO, ADJARA, AVRANKOU, BOPA, COME, LOKOSSA, APLAHOUE, DJAKOTOME, DOGBO.

Déjà plus 8 000 cartes SIM activées aux service de monnaie électronique pour recevoir les subventions au titre de la 1ère vague !

 

Promotion du genre à travers le PEJ-Bénin : Caren GROWN apprécie

Entretien avec les bénéficiaires

14 février 2018 a eu lieu la visite au Bénin, de Mme Caren GROWN, Directrice de l’Egalité des Genres à la Banque Mondiale accompagnée de M. Michel WELMOND(Coordonnateur des Programmes de Développement Humain au Bureau de la Banque Mondiale à Abidjan) et de M. Saint-Martin Mongan-Agbeshie (Consultant à la Banque mondiale). L’objectif de cette visite est d’apprécier les initiatives mise en œuvre par le Projet Emploi des Jeunes en matière de promotion du genre.

 

La visite Directrice de l’Egalité des Genres à la Banque Mondialeau Bénin se situe dans le cadre d’une tournée sous-régionale en Afrique de l’Ouest pour apprécier à juste titre, les avancés obtenus par les différents pays en matière de promotion du genre. C’est dans ce cadre que le Projet Emploi des Jeunes (PEJ) a été identifié au Bénin pour bénéficier de cette visite du fait qu’il vise les jeunes peu ou pas instruits, âgés de 15 à 35 ans dont au moins 50% de femmes.

Deux temps forts ont marqué le court séjour de Mme GROWN : Il s’agit de la visite d’un

groupe de bénéficiaires pour une séance d’échanges sur les acquis de la formation sur les Compétences de Vie Courante dans la commune de Kpomassèet de la visite des filles en formation duale dans les métiers traditionnellement masculins au Centre de Formation Professionnelle par Apprentissage de Pahou (Commune de Ouidah).

Dans la commune de Kpomassè, la délégation a été reçu par le maire, M. Kénam MENSAH, avant de s’entretenir avec les bénéficiaires de la localité,en présence d’une forte représentation de l’ANPE avec à sa tête son Directeur Général.27 femmes et 30 hommes y ont suivi les formations du PEJ sur l’entrepreneuriat et les Compétences de Vie Courante. ‘’Quand je suis venue à la formation, je ne faisais rien, je vendais un peu avec mes parents à la maison. Je ne savais pas du tout comment attirer les clients nicommuniquer en public. La formation m’a apporté beaucoup de connaissances dans ce domaine. J’ai mis cela en pratique et ça m’a permis d’améliorer ma communication en public et d’augmenter mes ventes. J’ai aussi appris quelque chose de très important : c’est la prise de décision. J’avais du mal à prendre des décisions mais grâce à la formation, je m’en sors maintenant aisément’’,a déclaré Firmine SOSSOU, jeune bénéficiaire du PEJ.

Cap a été ensuite mis sur l’arrondissement de Pahou pour la deuxième séance avec les bénéficiaires du Centre de formation Professionnelle de Pahou. Il s’agit surtout des filles en apprentissage dans des métiers traditionnellement masculins et des jeunes hommes dans les mêmes métiers. Le Centre compte 50 bénéficiaires dont 14 jeunes filles. La délégation a été accueillie par le Directeur du Centre avec une équipe du FODEFCA et de la DEFTP. Une importante séquence d’échanges a également eu lieu en présence du premier adjoint au Maire de Ouidah, M. ADJOVI. Les discussions ont porté sur le choix des métiers, les pesanteurs sociologiques, l’accompagnement des parents des filles qui ont opté pour les métiers traditionnellement masculins ainsi que les attentes des filles vis-à-visdu Projet.’Je suis inscrite en plomberie et je suis au niveau 2 de la formation par apprentissage de type dual. Le métier de plomberie est une vocation pour moi, peu de femmes pratiquent ce métier mais cela me plait. Depuis la classe de 5ème, je me disais déjà que ce que l’homme fait, la femme aussi peut le faire’’, a déclaréGaëlle HOUNKANRIN. Plusieurs autres témoignages ont été faits par les filles : « j’aime ce métier et quand je vois les hommes le faire, cela me plait » ; «j’ai choisi ce métier parce que je pense que tout ce que l’homme fait, la femme aussi a la possibilité de le faire» ; «j’ai choisi ce métier à cause des opportunités que cela offre car je pense cela peut me nourrir et me permettra de gagner de l’argent pour me réaliser dans ma vie» ; «j’ai choisi ce métier car cela peut me permettre d’ouvrir une entreprise pour m’installer à mon propre compte» ; « j’ai choisi le froid et climatisation car j’ai un plan pour ma vie, je veux m’associer à mes frères pour créer une entreprise de travaux car un a fait la maçonnerie, l’autre l’électricité-bâtiment, un autre la menuiserie». 

Au terme de la visite, Mme GROWN s’est dit satisfaite des avancées du Bénin en matière de promotion du Genre. ‘’Ce que j’ai vu est très bon. J’aime beaucoup ce qu’il se passe ici au Bénin. Créer des opportunités d’emploi pour les jeunes est très important. Il est aussi très important de travailler avec les jeunes filles pour inclure les talents d’une moitié de la population. Les efforts de programmes en faveur des jeunes filles sont vraiment impressionnants. Je crois aussi que les métiers, les compétences et les opportunités que le PEJ a créées sont très importants pour l’avenir du Bénin’’.

Pour le Coordonnateur du PEJ, ‘’C’est une fierté de savoir que le PEJ a été identifié au Bénin pour bénéficier de cette visite. C’est une descente surprise de la Banque Mondiale, parce que Mme GROWN est en train de faire une tournée en Afrique de l’Ouest et a choisi de passer au Bénin pour rencontrer les différentes autorités afin d’échanger sur les questions liées au genre, surtout dans la mise en œuvre du Projet Emploi des Jeunes’’.

Avant de prendre congé de ses hôtes, CarenGROWNa rassuré le Coordonnateur de son soutien au Projet Emploi des Jeunes. 

CarenGROWN, depuis 2014, est reconnue sur le plan international comme experte sur le genre et le développement. Elle était précédemment économiste invitée et co-directrice du programme sur l'analyse du genre en économie à l'American University. De 2013-2014, elle a dirigé le programme UNU-WIDER sur l'efficacité de l'aide et l'égalité homme-femme. De 2011 à 2013, elle a été conseillère principale genre et coordinatrice principale par intérim pour l'égalité homme-femme et l'autonomisation des femmes à l'USAID. Elle a également été chercheur principal et co-directrice du programme égalité homme-femme et économie à l'Institut Levy d’économie au Bard College, directrice de la réduction de la pauvreté et de l'équipe gouvernance économique au Centre international de recherche sur les femmes, ainsi que responsable de programme à la John D. et Catherine T. Mac Arthur Foundation.

Informations supplémentaires