Plus 15 500 bénéficiaires de la composante 2 formés en compétences de vie et en entrepreneuriat dans toutes les communes du Bénin. (détail ici)

Plus de 500 jeunes filles intéressées par les métiers dits d'homme sont en cours de formation dans les centres de formation professionnelle et Lycées techniques!

 Déjà plus 8 000 cartes SIM activées aux service de monnaie électronique pour recevoir les subventions au titre de la 2nde vague !

La deuxième vague de bénéficiaires en formation: les formations obligatoires ont démarré depuis le 27 août 2018 pour toutes les communes du Bénin.

Des micro entreprises de divers secteurs d'activités créées dans toutes les communes du Bénin

Les jeudi 22 et vendredi 23 mars 2018, ont eu lieu dans les communes de N’Dali et de Toucountouna, les cérémonies de lancement des subventions au profit des bénéficiaires du PEJ.

 DÉJÀ PLUS 7 300 BÉNÉFICIAIRES FORMES AFFINENT LEUR PLAN DE FINANCEMENT POUR IMPULSER LEUR MICROENTREPRISE. Ici détail au 20 Nov. 2017.

Le 29 Août 2017 s'est déroulé à ATHIEME, la cérémonie de lancement des activités du Certificat de Qualification au Métiers.

DU LUNDI 7 AU VENDREDI 11 AOUT, LE PROJET EMPLOI DES JEUNES EST EN COURS DE SUPERVISION ET DE REVUE A MI-PARCOURS PAR UNE MISSION DE LA BANQUE MONDIALE.

PLAN D’IMPLÉMENTATION ici ET CALENDRIER DES FORMATIONS PUBLIES ici (voir la rubrique NOUVELLES !!!).

DÉMARRAGE CE LUNDI 17 JUILLET 2017 DE LA PREMIÈRE PHASE DES FORMATIONS DES BÉNÉFICIAIRES DE LA COMPOSANTE 2 DU PEJ DANS LES 09 COMMUNES DU GROUPE 1 . IL S'AGIT DES COMMUNES DE KARIMAMA, TANGUIETA, TORI-BOSSITO, PERERE, LALO, ATHIEME, DANGBO, POBE, DJIDJA

LES COMMUNES DANS LESQUELLES SE DEROULE L'ETUDE D’ÉVALUATION D'IMPACT (cliquez ici) RECEVRONT LES LISTES DE LEURS  BÉNÉFICIAIRES A LA FIN DU MOIS DE JUILLET 2017 ET LES FORMATIONS DEBUTERONT CONFORMÉMENT AU CALENDRIER DU PROJET. IL S’AGIT DES COMMUNES DE OUIDAH, ZE, TOFFO, SAKETE KETOU, ADJA-OUERE, PORTO-NOVO, ADJARA, AVRANKOU, BOPA, COME, LOKOSSA, APLAHOUE, DJAKOTOME, DOGBO.

Déjà plus 8 000 cartes SIM activées aux service de monnaie électronique pour recevoir les subventions au titre de la 1ère vague !

 

Composante 1: Compétences par apprentissage

1. Raison d’être de la composante

Au Bénin comme dans la plupart des pays subsahariens, la formation professionnelle est caractérisée par la prédominance du système d’apprentissage traditionnel informel. Ce système bien qu’ayant des avantages en termes financier, académique et pratique, a également des contraintes qui concernent une faiblesse des bases théoriques, une performance pratique variée, un montant élevé de frais d’apprentissage et des durées d’apprentissage trop longues avec pour corollaire des abandons en cours decycle. Fort de ce constat, le Gouvernement du Bénin a marqué sa volonté de développer le capital humain en adoptant une politique nationale de formation professionnelle continue. Ce qui a permis la mobilisation des acteurs de la formation professionnelle pour l’institution de certificats de compétences reconnues à l’échelle nationale .

  • le Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) : diplôme obtenu à l’issu d’un examen national passé après un cursus de trois ans de formation par apprentissage de type dual. Il s’agit d’une formation articulant de façon alternée la formation technique et théorique en dans un Centre de Formation Professionnelle (CFP) avec l’apprentissage dans les ateliers auprès des maîtres artisans..Les apprentis peuvent avoir accès à ce cursus après avoir réussi au test national d’admission réservé aux apprenants ayant au moins le niveau d’éducation primaire ;
  • le Certificat de Qualification aux Métiers (CQM) : est un diplôme obtenu à l’issu d’un examen national organisé dans les communes sous la responsabilité conjointe des mairies et des collectifs communaux des artisans avec l’appui de la Direction des Examens et Concours (DEC). Cet examen est réservé par les jeunes apprentis n’ayant pas le niveau primaire et ayant achevé leur cycle d’apprentissage de trois ans dans les ateliers auprès des maîtres artisans.

Malgré les efforts déployés, plusieurs contraintes continuent d’entraver la formation professionnelle :

  • le CQP n’est actuellement opérationnel que dans 13 métiers sur près de 300 métiers que comporte la nomenclature de l’artisanat ;
  • le.CQM est pour l’instant développé seulement dans 46 métiers dans 29 communes.des départements du Borgou, de l’Alibori, de l’Ouémé et du Plateau.
  • les Centres de Formation Professionnelle sont faiblement équipés ;
  • la faible maîtrise par les maîtres artisans des techniques enseignées dans les centres de formation crée un manque d’harmonie entre la formation dispensée par ces derniers et les connaissances acquises par leurs apprentis dans les CFP.

Le PEJ entend à travers la composante 1 apporter des éléments de solutions à ces contraintes.

2. Objectif spécifique de la composante

Améliorer l’accès des jeunes en situation de sous-emploi à un apprentissage de meilleure qualité dans des métiers qualifiés

3..Sous- composantes.de la composante 1

Sous-Composante 1.1:Généralisation de la certification des acquis de l’apprentissage. Cette sous-composante vise à assurer l’extension des certifications d'apprentissage (CQP et CQM) dans de nouveaux métiers et à tout le pays et à améliorer l'accès à la formation en classe des apprentis pour compléter la formation reçue sur le tas ;

Il s’agira ici d’appuyer le développement de nouveaux programmes de formation professionnelle débouchant sur le CQP et le CQM dans des métiers porteurs. Une caractéristique clé du CQM est le développement d’un modèle d’apprentissage standardisé : un appui sera donc apporter à l’harmonisation du système d'apprentissage.(contrats-types entre apprenti,.parents et maître artisan, harmonisation des frais d'apprentissage, de la durée d'apprentissage, du contenu des apprentissages, etc. par branche et par métier).
Sous-composante 1.2 : Soutien à l’amélioration de la qualité des apprentissages. Cette sous-composante appuiera l'amélioration de la qualité de l'apprentissage par l'équipement des centres publics de formation professionnelle etsoutenir la formation des maîtres artisans afin de mettre à jour leurs compétences techniques et pédagogiques.

Un soutien en équipement des centres de formation est nécessaire pour s’assurer que la formation en alternance permet une bonne articulation entre compétences théoriques et pratiques..Du fait de l’écart important entre la formation en atelier et les curriculums dispensés au centre de formation un effort sera fait pour la mise en adéquation des.02 approches à travers une mise à niveau.et actualisation des compétences des maîtres artisans dans les centres de formation et leurmeilleure implication dans la formation duale de leurs apprentis.

Sous-composante 1.3.: Appui aux filles en apprentissage. Cette sous-composante vise à accroître l'accès des jeunes femmes à l'apprentissage dans un large éventail de métiers productifs au-delà de ceux traditionnellement féminins grâce à des mesures incitatives.

Il s’agira donc.de (i) développer.et utiliser des approches novatrices d'incitations des filles à l'apprentissage dans des secteurs plus productifs : campagne d'information, réseautage, incitations monétaires, garde d'enfants, etc. ; (ii) développer un mécanisme de placement des groupes de jeunes femmes en ateliers d'apprentissage.et (iii) réaliser des campagnes de Communication pour un Changement de Comportement (CCC) au niveau des ateliers et centres de formation à l'endroit des filles, des garçons, des maîtres artisans et des formateurs pour rendre l'environnement de travail plus sûr pour un maintien des filles jusqu'à la fin de l'apprentissage.

4. Résultats quantitatifs escomptés de la composante

·         Au moins 2500 des 3500 Jeunes appuyés par le projet sont titulaires du Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) dont au moins 50% de femmes ;

·          Au moins 30 métiers proposent un examen de fin d’apprentissage menant au CQP ou CQM ;

·          Au moins 31 nouvelles communes organisent des examens menant au Certificat de Qualification aux Métiers (CQM) ;

·          Au moins 10 centres publics de formation professionnelle ont reçu de nouveaux équipements ;

·          Au moins 500 maîtres-artisans ont reçu des formations de remise à niveau de leurs compétences ;

·          Au moins 1000 jeunes femmes sont appuyées par le projet dans des métiers traditionnellement masculins.

 

5. Gestion de la composante

Le Chef de file pour la mise en œuvre des activités de cette composante est le FODEFCA (Fonds de Développement de la Formation professionnelle Continue et de l'Apprentissage) avec l'accompagnement technique et opérationnel de la DAFoP (Direction de l'Apprentissage et de la Formation Professionnelle). la formation par apprentissage de type dual est assurée par les Contres de Formation Professionnelle (CFP) sélectionnés à cet effet pour les niveaux 1,2 et 3. Le FODEFCA a la responsabilité de faciliter le financement de la formation des candidats retenus à l'issue des tests d'admission au cursus CQP à hauteur de 90% du coût de la formation et de mobiliser les contreparties des bénéficiaires (10%) auprès des promoteurs que sont les associations professionnelles. Les relation entre l'UCP et le FODEFCA sont clairement spécifiées dans une convention signée par les deux acteurs.

Le FODEFCA en tant.que Chef de file assure l’organisation, le suivi, la coordination, l’évaluation et le compte rendu régulier des activités de la composante à l’UCP. Il assure également la mise en œuvre des activités de son ressort. La DAFoP est le principal partenaire opérationnel de FODEFCA pour la mise en œuvre de la composante 1. La DAFOP assure, de concert avec le FODEFCA, la préparation et l’administration des tests de sélection des apprentis candidats à l’entrée au cycle de formation débouchant sur le CQP. La DAFoP a la responsabilité de suivi pédagogique des centres de formation professionnelle (CFP)..La DAFoP accompagnera le recensement des besoins en équipements des centres publics de formation. De même, elle coordonnera avec les associations d’artisans et autres partenaires le processus de développement des programmes de formation. Swisscontact assure un rôle de contrôle de qualité dans le développement des programmes de formation. La Direction des Examens et Concours (DEC) qui est chargée avec la DAFoP d’organiser les examens du CQP et du CQM.

 

 

Informations supplémentaires